Le Catalogue

39-45, la mémoire vive - 17 lieux à découvrir en Haute-Normandie

/msmedias/COUVERTURE-39-45-HAUTE-NORMANDIE.jpg

Evoquer la Seconde Guerre Mondiale et la Normandie, c’est bien sûr parler du Débarquement d’août 44 et des plages de Basse-Normandie. Pourtant, le second conflit mondial a laissé une empreinte profonde sur l’ensemble du territoire normand et notamment en Seine-Maritime et dans l’Eure. De nombreux sites, souvent animés par des équipes de passionnés, permettent de mieux comprendre cette période, d’appréhender très concrètement ce que fut l’occupation allemande, les dispositifs militaires imaginés pour tenter de contrer un débarquement des Alliés, les opérations militaires qui ont précédé le 6 juin 44. On y découvre également l’engagement de ceux qui ont sacrifié leur vie pour mettre fin au joug nazi : Canadiens, Anglais, Belges, résistants,... Cet ouvrage vous propose de découvrir 17 lieux exceptionnels pour revivre cette page de notre histoire au plus près des territoires où elle s’est écrite dans la douleur et dans le sang.

Version anglaise disponible en flashant les QR Codes présents à chaque chapitre.

L'auteur : Après des études d'histoire de l'art et d'archéologie, Dominique Camus a voyagé dans de nombreux pays en tant que guide-interprète. Normande, journaliste et auteur d'une douzaine d'ouvrages, son esprit curieux l'a conduite à la découverte de la Normandie avec un autre regard. Elle a récemment publié « Seine-Maritime, 100 lieux pour les curieux » et « L'Eure, 100 lieux pour les curieux », aux éditions Christine Bonneton.

L'Herbier Normand à découvrir

/msmedias/HERBIER-NORMAND-COUVERTURE-1.jpg

Empruntant les chemins buissonniers de la campagne normande, Nicole Leroux-Morlet nous entraîne dans une découverte poétique des fleurs et plantes qui ponctuent ses promenades.

Au rythme des saisons, on découvre ainsi quels sont ces végétaux qui donnent à nos paysages normands ces couleurs et ses senteurs si particulières. L’auteur, passionnée de cueillette, nous fait découvrir de quelle façon les fleurs et plantes dont elle nous conte l’histoire et les propriétés peuvent être utilisées, accommodées ou consommées pour notre plus grand plaisir.

Cette rencontre avec la nature, Nicole Leroux-Morlet nous la fait également vivre en images puisqu’à ses talents littéraires, elle adjoint ceux de peintre. Ainsi nous offre-t-elle 52 aquarelles de plantes et de fleurs qui toutes soulignent la délicatesse de ces végétaux croqués sur le vif, dans leur milieu naturel. Croque-monsieur  aux feuilles de violette et au fromage de chèvre ou apéritif confectionné à partir des feuilles du merisier,… L’herbier normand est une passionnante découverte de la nature à cueillir et à déguster !

Un café et l'addition

/msmedias/UNE-UN-CAFE-L-ADDITION.jpg

Lorsque Robert Bruce claque la porte du domaine du Centaure, un château d’une petite ville cossue de l’Oise, il n’a qu’une envie : laisser derrière lui cette vie dont il meurt peu à peu. PDG d’une entreprise employant plus de 800 personnes dans le domaine du transport, il décide de quitter une existence aux apparences dorées. Nous sommes un 21 décembre, l’heure est matinale et il fait encore nuit.

Dans le train qui l’emmène à Paris Robert Bruce commence une errance de quatre ans dans les rues de la capitale. Quatre longues années comme SDF à vivre au jour le jour, d’expédients –souvent, mais aussi de rencontres. Avec ceux de la rue mais également avec ceux qui marchent et ne font qu’y passer.

Quinze ans après la fin de son errance, Robert Bruce raconte cette tranche de vie. Non pas le quotidien de celui qui cherche à survivre même s’il se lit entre les lignes, mais plutôt le regard depuis la rue sur le monde des « inclus » ; celui de ces passants qui parfois s’arrêtent le temps d’une rencontre.

Un café et l’addition est justement le fruit de ces rencontres, l’histoire de ces instants parfois prolongés où une passerelle se crée entre Robert Bruce et son interlocuteur : un homme d’affaire en quête d’un valet de chambre pour garder sa vieille mère le temps des vacances d’août dans le Luberon, une jeune femme artiste peintre en quête d’absolu, un touriste suisse vagabondant au fil des rues ou un escroc génial préparant le coup de sa carrière… Chacune de ces rencontres se lit comme une aventure, un chapitre d’une vie nouvelle en train de s’écrire.

Car Robert Bruce a publié son premier livre alors qu’il était dans la rue. Intitulé Soleils, témoignant de son quotidien de SDF, il a vécu en partie grâce aux revenus que lui procurait la vente de cet ouvrage, à côté de celle de journaux sociaux.

Dans Un café et l’addition, Robert Bruce mêle humour et poésie pour nous livrer un témoignage rare et bouleversant sur ces années passées sur le pavé parisien. Jamais l’auteur ne fait appel à la pitié du lecteur pour le retenir. Seules la puissance évocatrice de son style et la trame narrative de l’ouvrage emmènent le lecteur jusqu’au bout, ce moment où Robert Bruce lui annonce : « Aujourd’hui j’ai quitté la rue avec une drôle d’impression, vous savez cette sensation indéfinissable d’une immense vacuité, comme si on ne s’était pas encore tout dit ». Mais comment résumer cette humanité retrouvée en quelques pages…